Nombre total de pages vues

vendredi 6 janvier 2012

The crystal ship/album the Doors

La nature mystérieuse et énigmatique de cette chanson a donné l'habitude a ceux qui écoutent les Doors de rechercher leur propre intérprétation de la poésie de Morrison."C'est sur la méthédrine,non?demande Kim Fowley qui avait beaucoup apprecié cette chanson quand il était allé a son premier concert des Doors chez Ciro ,un club de Los Angeles en avril 1967."Le bon vieux speed,c'était la drogue préférée du Sunset Strip a cette époque.
En fait Morrison avait composé cette chanson bien avant le premier concert des Doors au Strip et l'origine des paroles remonte au mariage d'inspirations terre a terre et complexes : la fin d'une relation amoureuse et la mythologie celte.
En partant du fait qu'il venait de quitter une de ses nombreuses petites amies de l'epoque,Morrison a dramatisé le plaidoyer douloureux de la chanson,qui demande "another kiss"(un autre baiser) avec une image unifiante empruntée a la légende du héros irlandais Connla.
Dans le Book of the Dun Cow,un ouvrage ancien,le héros était séduit par une déesse qui l'emportait vers"the earthly paradise beyond the sea"(le paradis terrestre au dela des mers)dans un bateau magique en cristal,qui lisait les pensées de son pilote et qui pouvait voler sur l'eau ou sur les terres.

Quoi qu'il en soit l'allusion faite ds la chanson n'est pas passée inapercue"Je me souviens d'avoir parler littérature avec jim"explique la journaliste Patricia Kennealy,qui avait rencontrer le chanteur pour la premiére fois durant une interview en janvier 1969 et avec qui elle s'était mariée durant une cérémonie paienne celte en juin 1970"Je me suis vite rendue compte que c'était quelqu'un de trés érudit.On a parler de l'origine celte du motif utilisé dans Crystal Ship et ça ma vraiment épatée qu'il connaisse tout ça parce que c'est une légende assez obscure".

Un vers du dernier couplet de la chanson disait au départ"a thousand girls,a thousand pills"(mille filles,mille pilules) mais avant l'enregistrement,il avait été modifié:"a thousand girls,a thouand thrills"(mille filles,milles jouissances) et malgré le ton assez sombre de la chanson les derniers mots("when we get back,i'll drop a line"(a notre retour j'écrirais un mot))sont une étincelle de l'ironie de Morrison qui était si souvent oubliée.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire