Nombre total de pages vues

mercredi 31 octobre 2012

Yes the rivers know,album waiting for the sun

Lors des premiéres répétitions des Doors,alors que Ray et Jim encourageaient avant tout les Doors a mettre au point des titres originaux et que Jim suggérait de se baser pour les paroles sur les quatre éléments.Robby participa  a l'effort en écrivant 'Light my fire'.Sur Waiting for the sun il finit par créer sa chanson basée sur l'élément 'eau'-l'élégiaque 'Yes the rivers know'.L'imagerie de l'eau est souvent utilisée avec succés dans les titres des Doors(Crystal ship,Moonlight drive,Horse latitudes)et Robby signe ici un texte magnifique.Les sentiments tristes et peut-être suicidaires de la chanson sont accompagnés de parties en cascade au piano de Ray et d'un travail subtile de Densmore a la batterie.Robby ajoute également avec une retenue merveilleuse sa guitare a l'ensemble.
Ce morceau semble avoir été écrit spécifiquement pour Jim-en particulier la phrase qui parle de se noyer dans " du vin chaud mystique".Cette phrase montre non seulement l'influence qu'avait eu Morrison sur Krieger au niveau de l'utilisation de la langue mais c'était également un message du guitariste au parolier qui commençait a compromettre ses talents en noyant ses tourments dans l'alcool.
"Je n'ai jamais rencontré personne de notre génération qui pouvait coller des mots les uns aux autres comme Jim savait le faire"déclara Krieger a Robert Mateu de Creem au cours d'une interview de 1981."S'il avait pu se discipliner,il aurait fait des choses encore plus superbes....mais on n'y pouvait rien.Les gens qui disaient a Jim de moins boire,il les emmenait se saouler."

vendredi 19 octobre 2012

We could be so good together,album waiting for the sun

Les pressions exercées sur le groupe pour produire des titres en studio se manifestent sans doute le plus sur 'We could be so good together',la deuxieme face de 'The unknow soldier' et certainement le plus faible des titres de Waiting for the sun.Elaboré autour d'un riff à l'unisson orgue/guitare,le morceau résonne comme un cliché des Doors.Un numéro rythmique avec du punch appartenant à 'Break on through' fait son apparition quand Morrison arrive a la fin d'un couplet mais cette fois-ci l'effet est plus kitsch et music-hall que libérateur.Il y a quand même un moment instrumental apportant un peu de fraicheur et d'intérêt-une courte section d'envolée à la guitare de Robby.
Mais même s'il s'agit là des derniéres miettes que Jim avait glané dans ses carnets de notes de Venice,il parvient encore à écrire des paroles mystérieuses et évocatrices.'We could be so good together',son titre et sa tonalité ressemblent à une déclaration d'amour toute simple d'un garçon à une fille-c'est peut-être en paroles un baiser que Jim envoie a Pam Courson mais alors que dans 'I can't see your face in my mind' Morrison avait déclaré qu'il ne pouvait pas trouver "le mensonge qu'il fallait",ici il promet de dire plein de "vilains mensonges" comme si la dissimulation éffrontée était le secret pour se trouver bien ensemble.
On peut aussi facilement imaginer que Jim ait un peu dédié la chanson à ses camarades ou même qu'il l'adresse a la "contre-culture"en général.Sans doute les beaux jours de l'idéalisme endiablé et des apôtres du "breaking on through"(littéralement,faire une percée) s'achevaient-t-il et l'heure était-elle à plus de pragmatisme: "entreprise,expédition,invitation,et invention" mais mis a part les "vilains mensonges",on pouvait quand meme avoir du bon temps.


mercredi 3 octobre 2012

My wild love,album Waiting for the sun

'My wild love' est la premiere chanson dans laquelle le groupe s'écarte complétement du "son des Doors":pas de claviers,pas de guitare(avec ou sans bootleneck),pas de rythme de Densmore.La voix de Jim Morrison est le seul élément qui permette à l'auditeur de reconnaitre que c'est effectivement un morceau du même groupe que celui qui produisit 'Light my fire'.
A ce stade,les Doors commençaient à être frustrés par le temps passé en studio à écrire et à produire les arrangements des morceaux de Waiting for the sun.En réaction,ils conçurent cette simple lamentation composée de chants,de stances,de rythmes frappés dans les mains,de percussions rares et de l'histoire fantomatique et un peu ambigue d'un amoureux a cheval qui rencontre le diable.La chanson a un feeling de negro spiritual de premiere heure,ou d'une chanson du genre de celles qu'inventaient les prisonniers aux travaux forcés pour passer le temps.
Les répétitions pour Waiting for the sun ne se passérent pas souvent dans l'esprit de camaraderie unificatrice d'antan,mais quand 'My wild love' fut enregistré,tout le monde participa en s'amusant.
Billy James,le premier a avoir décelé quelque chose de spécial chez les Doors à l'écoute de leur premiere démo travaillait chez Elektra quand il passa un jour au studio avec son fils,alors que les Doors travallaient sur 'My wild love'.Ils aidérent ceux-ci a travailler la partie dans laquelle ils frappent dans leurs mains et sur l'enregistrement le petit Marc James tape dans ses mains avec le groupe que son pere avait "decouvert".