Nombre total de pages vues

jeudi 7 mars 2013

Wild child,album The soft parade

Les fans qui ont écouté 'Tell all the people' et 'Touch me' et qui ont rejeté The soft parade sans retourner le disque et sans jouer la deuxieme face ont raté d'excellents moments des Doors.
'Wild child' entamait la deuxieme face avec un blues féroce tout a fait du style des Doors et des paroles de Morrison chauffées a blanc...Cette chanson qui était sortie en face B de 'Touch me' en decembre 1968,avait tous les éléments familiers des Doors:un lick de guitare brûlant,une partition d'orgue gonflée a bloc,un rythme souple a la batterie plus des paroles sombres,mysterieuses et évocatrices.C'était une des rares chansons de The soft parade qui avait été rodée sur scéne:elle se trouvait au programme du concert fou des Doors au New York Singer Bowl en août 1968,qui avait été gâché par des scénes de violence.
Quand il écrivit 'Wild child' Jim Morrison avait lu beaucoup de choses sur les cultures primitives et cette chanson est un peu un hommage a une créature non soumise aux contraintes de la civilisation.Le point culminant de la chanson ,qui est un des moments les plus superbes de l'album,arrive a la fin quand Morrison demande "You remember when we were in Africa?"(vous vous souvenez quand on était en Afrique).Au début on dirait une phrase bizarre et dénuée de sens,un exemple du dadaisme de Jim.Mais c'est une référence voilée a un auteur qui a enormément influencé Morrison:Arthur Rimbaud.
Rimbaud,poéte français,a vécu de 1854 a 1891.Son pére était militaire et a abandonné sa famille quand Rimbaud avait sept ans.A l'âge de 16 ans,Rimbaud a commencé à écrire et ses oeuvres s'intéressaient au thémes de l'exploration et de la découverte,du monde comme de l'âme.Il est frappant de constater qu'il a crée la totalité de son oeuvre littéraire entre 16 et 20 ans,avant de vivre les types d'exploration qu'il avait imaginés.A une époque ou les voyages internationaux étaient difficiles et dangereux,Rimbaud sillona l'Europe,l'Asie et l'Afrique en travaillant comme négociant et marchand d 'armes.
La poésie de Rimbaud et sa vie fascinaient Jim et il était particulierement intéressé par le fait que Rimbaud avait écrit des poémes profonds,drôles,beaux et effrayants avant de tourner le dos a la vie d'artiste pour aller se perdre dans des lieux exotiques et faire un sale boulot.Jim plaisantait souvent avec le groupe en disant qu'un jour il pourrait bien lui aussi s'enfuir en Afrique et disparaitre.
En 1968,Jim envoya une note à l'un des plus grands spécialistes de la poésie de Rimbaud,le Professeur Wallace Fowlie,de l'Université de Duke,qui avait publié un recueuil de traductions des poémes de Rimbaud en 1966 avec en couverture un portrait au fusain du poéte par Picasso.Jim Morrison avait écrit ceci: "Cher Wallace Fowlie.Je voulais vous remercier d'avoir traduit Rimbaud.J'en avais besoin parce que je ne comprends pas bien le français...Je suis un chanteur de rock et votre livre est toujours a mes côtés.Jim Morrison.PS:Le portrait de Rimbaud par Picasso sur la couverture est superbe."(Depuis Fowlie a exploré les rapports entre l'oeuvre de Rimbaud et celle de Morrison et a publié un ouvrage pénétrant en 1994:Rimbaud And Morrison: the Rebel As poet).
Pendant qu'ils enregistraient 'Wild child',les Doors travaillaient sur un documentaire sur le groupe,intitulé Feast of Friends,tourné par leur vieux copain d'UCLA,Paul Ferrara,avec Babe Hill qui s'occupait du son.Ce dernier est devenu un grand ami de Morrison et un de ses compagnons de beuverie les plus fidéles.La naissance de cette chanson aux studios Sunset Sound a donc été filmée pour ce projet."Allons-y"annonce Jim avant une des prises,"Mais avant de commencer il faut que je dise que l'archétype collectif me tape sur les nerfs.Voyez ce que je veux dire.Alors si quelqu'un connait une ile déserte disponible,faites le moi savoir".
Pendant le travail sur le morceau,John pense que le groupe joue trop fort et Robby veut trouver exactement le bon son de guitare.Ray remplit son rôle habituel de répétiteur et de facilitateur:quand Jim veut savoir quand il doit commencer a chanter,Ray lui explique"Robby joue deux mesures,John en joue une,Doug(Lubahn)en joue une,moi deux et puis c'est ton tour".C'est exactement ce qui se passe sur le disque.
A la fin de la chanson,tout le monde n'est pas d'accord.John pense que la phrase d'Afrique est "une fin vraiment stupide".Mais pendant une répétition Jim la hurle comme un fou..Paul Rothchild lance un avertissement depuis la cabine"Retiens-toi,Jim on a pas encore fini".
Jim trouve que "Retiens-toi"est trés drôle.Il sourit et demande"Pourquoi pas?"


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire