Nombre total de pages vues

mercredi 26 juin 2013

The celebration of the lizard,album Absolutely live

Absolutely live est un album important pour les Doors,ne serait-ce que parce qu'il contient la seule version complété de l'oeuvre la plus ambitieuse de Jim Morrison pour les Doors,'The celebration of the lizard',enregistré aux spectacles de l'Aquarius a L.A.
Pendant les séances d'enregistrement de Waiting for the sun,Morrison avait manqué de concentration et il n'avait pas pu enregistrer la totalité de ce morceau.La seule partie enregistrée était 'Not to touch the earth'.
Le poéme 'Celebration' dans son entier était imprimé a l'intérieur de la pochette de Waiting for the sun et au début il était joué sur scéne sous la forme d'un récitatif de Morrison avec de la musique d'accompagnement avant d'être transformé par les quatre musiciens en un sensationnel poéme épique.Morrison était heureux de voir que ce morceau était devenu une partie importante des concerts des Doors mais il regrettait de ne pas l'avoir enregistré en entier.
En parlant de la version enregistrée pour Absolutely live il avait déclaré a Circus:"J'aime 'The celebration' même si ce n'est pas une version géniale de ce morceau.Mais je suis content qu'on l'ait sorti parce qu'autrement je ne crois pas qu'on l'aurait enregistré.Si on ne l'avait pas mis sur un album live on l'aurait mis de côté pour toujours Je suis content qu'on l'ait fait,même sous cette forme imparfaite."
Dans la version compléte,'The celebration of the lizard' est composé de sept sections:'Lions on the street",'Wake up','A little game','The hill dwellers,'Not to touch the earth','Names of the kingdom et 'The palace of exile'.Certaines phrases et images du poéme venaient des carnets que Jim avaient remplis a Venice et une version antérieure de 'A little game',chanson quelquefois nommée 'Go insane',était l'un des six morceaux sur la bande démo que le groupe avait enregistrée aux World Pacific Studios en 1965,avant l'arrivée de Robby.(Dans cette version-là,Morrison chante ce morceau comme une exaltation hurlante mais dans 'The celebration of the lizard',elle est chantée avec bien plus d'humour et de taquinerie).
'Celebration',même sous sa forme compléte dans Absolutely live,ne fonctionne pas tres bien.Le récit est décousu et difficile a suivre.Mais il y a de nombreux moments captivants dans ce morceau:le sexe et la terreur se mélangent dans 'Wake up',les innocents fuient des peurs anciennes dans 'The hill dwellers' et Jim annonce un retour triomphant pour tous dans 'The palace of exile'.
Le morceau,tel qu'il est joué dans Absolutely live a beaucoup évolué depuis sa transcrition sur la jaquette de Waiting for the sun.'Wake up' comporte maintenant la description d'une femme avec des cheveux noirs et une douce peau blanche (description qui correspond a Pam Courson tout comme a Patricia Kennealy).Le début de 'The hill dwellers' a été modifié("back where there's never any pain" (de retour ou il n'y a jamais de douleur)devient 'back where there's never any rain'(de retour ou il n'y a jamais de pluie).
Les vers de 'The hill dwellers' et 'Not to touch the earth' sont présentés dans un ordre un peu différent et,sous sa forme écrite originelle,quand Jim annonce qu'il est le roi lézard qui peut tout faire,les deux vers suivants:"I can make the earth stop in its tracks,I made the blue cars go away"(Je peux empêcher la terre de tourner,j'ai fait partir les voitures bleus)n'étaient pas sortis sur vinyl dans 'Not to touch the earth" sur Waiting for the sun et ne figurent pas non plus dans le concert de Absolutely live.
Les reptiles de 'Celebration' étaient des créatures familiéres pour Morrison:quand il était petit a Albuquerque,au Nouveau Mexique,il aimait poursuivre et attraper des crapauds cornus et des lézards.Mais c'est un livre sur les reptiles qui a donné a Jim l'idée de commencer a travailler sur 'The celebration of the lizard'."La premiére phrase du livre m'a frappé : 'les reptiles sont les descendants d'imposants ancêtres'"expliquait-il au Los angeles free press en 1971."Et autre chose,ils sont d'un anachronisme complet .Si tous les reptiles du monde devaient disparaitre demain,l'équilibre de la nature ne serait pas du tout modifié .Ce sont des espéces totalement arbitraires.Je crois que si c'était possible pour une créature,ils pourraient survivre a une autre guerre mondiale ou a un empoisonnement total de la planéte.Je pense que les reptiles trouveraient un moyen de l'éviter.En outre on ne doit pas oublier que le lézard et le serpent sont associés a l'inconscient et aux forces du mal.'Celebration of the lizard' était une sorte d'invitation aux forces des ténébres".
Quand cette invitation fut lancée au public du Los Angeles Forum en décembre 1968,le journaliste et producteur Harvey Kubernick était parmi les adolescents qui assistaient au concert ,et il fut stupéfait."Le public était bruyant et un peu fou et les gens n'arrêtaient pas de demander 'Light my fire' se souvient-il."Mais Morrison a reussi a calmer la foule.Il a demandé une cigarette a quelqu'un au premier rang et puis il nous a dit qu'il allait nous lire de la poésie.Il avait un carnet avec lui et le groupe l'accompagnait quand il lisait 'The celebration of the lizard'.C'etait trés bizarre et trés spécial...j'étais deja aller a des concerts de rock mais je n'avais jamais vu ça.Et on aurait dit que le public collaborait vraiment avec le groupe,on était complétement impliqués.C'était pas le genre de truc qui recevait une ovation mais c'était évident que ça avait un impact sur tout le monde.Quand je suis sorti du concert ce soir là,je ne voulais pas jouer dans un groupe,je ne voulais pas être Morrison,je ne voulais pas porter de cuir.Mais le monde semblait un peu différent.Si on était prêts a écouter 'Celebration of the lizard' on n'était plus des gamins".
Patricia Kennealy Morrison avait vu les Doors donner 'Celebration' a un concert au Fillmore East a New York en mars 1969 et elle aussi avait été impressionnée.
"Ca m'a complétement bouleversée.Je n'avais jamais vu un public aussi silencieux.Ca semble miévre de dire ça,mais Jim tenait tout le monde dans le creux de sa main.Je n'ai aucune idée de la façon dont il a appris a contrôler un public comme ça,juste avec ses mots et sa présence.J'ai vu des spectacles ou ça n'a pas marché,le public ne voulait pas se donner la peine.Mais quand le public était en forme,quand le groupe était en forme et quand Jim était en forme,'Celebration' était phénoménal,c'était magique."
Le spectacle de Absolutely live reproduit une bonne partie de cette magie et il y a une grande empathie entre les mots de Jim et la musique parfois douce,parfois violente du groupe.
Ceux qui n'étaient pas emballés par 'The celebration of the lizard' l'ont souvent critiqué en disant que c'était l'une des chansons les plus estudiantine,vague et prétentieuse de Jim Morrison.
Mais peu aprés la sortie de l'album,Morrison déclara qu'il était surpris que tant d'auditeurs aient pris au sérieux les sections les plus sombres de son intense poéme épique.
"C'était de l'humour",expliquait-il"Je ne crois pas que les gens se rendent compte.Il ne faut pas le prendre sérieusement.C'est comme quand on joue le méchant dans un western,ça ne veut pas dire que c'est vous.C'est juste un aspect que vous gardez pour le spectacle.Je prends pas ça vraiment sérieusement.C'est censé être ironique."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire