Nombre total de pages vues

lundi 19 août 2013

L.A woman,album L.A woman

"L.A" est une abréviation trés couramment employée pour désigner Los Angeles mais l'ambiguité du titre "L.A woman" repose sur le fait que "L.A woman" peut aussi bien signifier  "Femme de Los Angeles" qu'assimiler la ville a une femme.Los Angeles est un paradis accueillant construit dans un désert qui ne pardonne pas :un lieu de rêves et d'espoirs mais aussi un noeud de cauchemars qui rongent l'âme.L.A semble promettre que tout peut arriver mais on ne sait pas si ça sera merveilleux ,ennuyeux ou fou.Il n'y a aucune garantie:l'inspiration ou la dépression peuvent soudain s'emparer d'un résident au même moment.
Aucun autre rocker n'a sans doute reussi a exprimer les contradictions provocantes de cette ville noyée de soleil et secouée par les tremblements de terre aussi bien que Jim Morrison.La musique qu'il a créer avec les Doors est remplie de la peur,de l'émerveillement,de l'exaltation et du poids curieux de la vie en Californie du sud.Il est logique que,pour son dernier album,la chanson la plus forte,celle qui sera jouée a fond dans les auto-radios aussi longtemps que les voitures et les autoradios existeront,soit un hymne accusateur a la ville natale adoptive de Morrison.Et 'L.A woman' est également un adieu musical qui vient du fond du coeur.
Cette chanson ne s'adresse pas vraiment a une personne mais a la cité elle-même et il s'agit du résumé un peu attristé que fait Morrison de cette ville tentaculaire qu'il a tant aimée.Les cheveux de la femme(les collines de la ville)brûlent.Dans les banlieues,il n'y a rien que du blues.Et les routes et allées ménent a la solitude.En quatre mots merveilleusement concis,Jim résume l'atmosphére secréte de L.A:motel,argent,meurtre,folie.
Ce n'était pas une perspective originale:des écrivains comme Raymond Chandler,James Cain et Nathaniel West avaient également décrit Los Angeles sous des trais noirs.Morrison a emprunté l'une des phrases principales de 'L.A woman'-'City of Night' au titre d'un roman de 1963 de John Rechy.Ce livre racontait les sinistres mésaventures de jeunes prostituées  homosexuels a Hollywood et pour les décrire Rechy utilisa l'expression 'lost angels'(des anges perdus),que Morrison adapta pour 'L.A woman'.
La section la plus captivante de la chanson est au milieu quand le tempo se ralentit et que Jim commence a chanter quelque chose sur "Mister Mojo Risin"(Monsieur Mojo se léve).Dans cette section les Doors sont a leur summum,chaque membre du groupe excelle dans l'accompagnement de Morrison. C'était l'idée de John Densmore d'accélerer le tempo lentement(pour symboliser le mojo levant de Jim)jusqu'a ce que la chanson reprenne son tempo original explosif avec un magnifique solo de Robby.
C'était un album de blues,et le groupe n'était pas surpris d'entendre Jim faire référence a son 'mojo'.C'est seulement aprés l'enregistrement que Jim expliqua aux autres que "Mr Mojo risin" était un anagramme de 'Jim Morrison'.Plus tard il dit en riant que si jamais il disparaissait en Afrique comme son héros Rimbaud,il utiliserait cette expression comme mot de passe s'il voulait contacter quelqu'un.
L'intention originelle de Morrison était peut-être de présenter dans cet album sa vision de son ancienne patrie,L.A et de sa nouvelle,Paris.Ses sentiments a l'égard de la premiére étaient clairs dans 'L.a woman'et ses idées de la seconde apparaissent dans une chanson nommée 'Paris blues',qui a été enregistrée pendant l'une des séances en studio mais qui n'est pas sorti sur l'album.'Paris blues' emploie également la convention littéraire de parler de la ville comme d'une femme et mentionne clairement l'impatience de Jim a "start my life all over again"(recommencer une vie).
Les Doors ont donné une image spécifique de la 'Femme de L.A':elle apparait sur la jaquette de l'album sous les traits d'une jeune femme crucifiée sur un poteau téléphonique.
Cette image a créé un intéressant écho dans la carriére des Doors:leurs visages occupaient la toute premiére affiche de rock'n'roll sur le Sunset Boulevard et cinq ans plus tard alors que le Sunset Boulevard était rempli de publicités pop grand format,l'image de L.A woman fut leur seconde et derniére affiche sur le strip.
Comme la fait remarquer John Densmore dans Riders on the storm,la premiére affiche était tournée vers l'est,vers le soleil levant et une nouvelle journée.L'affiche de L.A woman elle était tournée vers le soleil couchant.Malheureusement,l'époque des Doors avec Jim Morrison était arrivée a sa fin.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire