Nombre total de pages vues

mardi 3 septembre 2013

Riders on the storm,album L.A woman

'Riders on the storm' est le dernier morceau de L.A woman,c'est a dire le dernier morceau sur le dernier album de Jim Morrison avec les Doors.
Malgré tout cette chanson ressemble beaucoup a un nouveau départ et représente une toute nouvelle approche musicale que les Doors auraient pu explorer.La musique qu'avaient produit les Doors auparavant avait un effet hypnotyque mais celle de 'Riders on the storm' est absolument envoûtante.Elle calme tout en térrifiant("killer on the road",tueur sur la route).

Le son jazz et direct du piano électrique de Ray Manzareck donne un style calme et de musique d'ambiance(d'ou la confusion quand Paul Rothchild a traité 'Love her madly' de musique de cocktail)mais le bourdon qui sous-tend le morceau ajoute une tension du meilleur millésime des Doors.
Alors que les premiéres chansons des Doors comme 'Horse latitudes' et 'Five to one' employaient des effets sonores quelques fois discordants,les bruits d'orage subtils qu'on entend  à plusieurs moments plus calmes de 'Riders' sont d'une discrétion efficace et de bon goût.Les paroles de Morrison sont "fantomatiques"(c'est le seul mot qui semble convenir)comme s'il avait deja vu ce qui se trouve de l'autre côté de l'orage!
Morrison,qui voulait tant qu'on le prenne pour un poéte,a adapté l'expression 'riders on the storm' du poéme d'un autre écrivain américain à l'âme troublée:Hart Crane.
Crane est né en Ohio en 1899 et il est mort 33 ans plus tard,en 1932.Durant toute sa vie ,il s'est senti poursuivi par un sens d'échec personnel et il a fini par se se suicider en sautant d'un bateau au Mexique.La poésie de Crane était écrite avec délicatesse mais elle était également complexe.
Crane a écrit beaucoup d'oeuvres courtes mais durant sa vie son oeuvre la plus célébre était le poéme épique The bridge publié en 1930.Avec le pont de Brooklin comme symbole unifiant ,le poéme de Crane explore le psychisme et les mythes américains au travers de la vie de ses villes.Dans Praise for an urn,Crane a composé un magnifique mémorial pour un ami et il décrit les paroles du disparu sur son lit de mort comme des"inheritances-delicate riders on the storm"(heritages,delicats cavaliers de la tempête).
A sa maniére,tranquille et réguliére,en donnant la chair de poule,'Riders on the storm' abordait bien des thémes qui avait dominé les chansons et les poémes précédents de Morrison.L'amour,la mort,le meurtre,la famille et le destin apparaissent tous dans les grooves de 'Riders'.
La chanson contenait également une scéne que Morrison a présentée sous diverses formes:la phrase "killer on the road"(tueur sur la route)semble être directement inspirée de HWY,le film d'art et de route que Morrison avait écrit,mis en scéne et produit.Et Morrison a répété la même scéne macabre dans 'The hitchiker' un morceau parlé sur un théme similaire qui a émergé dans l'album posthume de 1978,An American Prayer.Le public y fait l'expérience directe de ces étranges événements lorsqu'un auto-stoppeur parle a quelqu'un au téléphone et admet avec nonchalance qu'il vient juste de commettre un meurtre alors que 'Riders on the storm' s'entend en musique de fond.
Cette chanson est sortie sur un single en juin 1971 et est montée au numéro 14 du hit parade Billboard.C'était le dernier hit des Doors (en face B il y avait 'The changeling').Comme c'était le cas pour 'Light my fire' il a fallu un montage expert pour que cette chanson de sept minutes puisse passer sur les radios de grande écoute.C'est Bruce Botnick avec l'aide de John Densmore qui concocta  une version dont le groupe,Elektra et les stations radio furent satisfaits.
Aujourdhui,cette chanson vit toujours sur les radios FM où elle est souvent jouée.Elle peut encore provoquer les réactions pour lesquelles les Doors étaient célébres:certains fans adorent et d'autres ont horreur de ça.....mais on l'écoute encore.Les cavaliers continuent leur chevauchée.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire