Nombre total de pages vues

samedi 23 février 2013

Do it,album The soft parade

La reussite d'une chanson des Doors dépend de la symbiose de 4 éléments:les paroles de Jim,les sens mélodique et de la composition de Robby,le talent d'arrangeur de Ray et le sens du théâtre de John.Les membres du groupe jouaient tous un rôle essentiel dans le style des Doors mais c'était Jim et Robby qui etaient les paroliers et qui apportaient initialement les idées de chansons sur lesquelles le groupe travaillait.
La difference entre la composition d'une chanson et la création d'un spectacle est souvent mince dans la musique des Doors mais l'écriture et la musique sont deux parties distinctes du processus de création.'Soul kitchen' ou 'Love me two times' par exemple n'auraient pas pu prendre vie de cette maniére entre les mains de qui que ce soit d'autre que les Doors.
'Do it' n'est pas la premiere chanson que Jim et Robby ont partagée sur la base d'un échange créatif mais c'est la premiere a porter une attribution "Morrison-Krieger",puisque les attributions individualisées apparaissent pour la premiere fois sur The soft parade.
'Do it' est plutôt légére du point de vue thématique mais musicalement c'est l'une des meilleures compositions du groupe en studio.Autour d'un riff de guitare,la chanson introduit le soutien de parties d'orgue de Ray et le groove détendu et flottant de John.Aprés les couplets on trouve une phrase rythmée et accrocheuse,un bridge néo-gospel et même un coda semi-jazz.La chanson démontre aussi que pendant les séances quelquefois épuisantes de The soft parade il y avait souvent des moments amusant:on entend des plaisanteries avant le début du morceau,lancé par un rire maniaque de Morrison.
Bizarrement alors que Jim Morrison hésitait à dire a ses fans "follow me down"(suivez-moi)dans la chanson de Robby Krieger,'Tell all the people',dans 'Do it',il n'a ici aucun scrupule a s'adresser a son public comme a des enfants en lui demandant de l'écouter.C'est même le théme central de la chanson.Mais il y a aussi quelques touches Morrisoniennes: le Messie du rock s'adresse bien a ses "enfants" mais le message n'est pas de le suivre,puisque ce sont eux qui vont diriger le monde.
C'est le public qui a le pouvoir de faire changer le monde,il ne doit pas se contenter de suivre un leader.Morrison voulait souvent éliminer la distance entre l'artiste et le public et voulait détruire la relation idole-adulateurs.
"Mes publics,en général,ils sont assez branchés"expliquait-il a John Carpenter,journaliste au Los Angeles Free Press en 1968."C'est comme si on disait au début:vous êtes le public et nous on est là-haut et vous,vous êtes là-bas.Et puis tout d'un coup vous êtes là,vous êtes juste là et vous êtes comme nous....ça ne se voit pas.Quand ils savent qu'ils sont comme nous ,toutes les barriéres tombent et j'aime beaucoup ça."
Mais la chanson n'est pas seulement un message demandant aux disciples de mener les leaders:la phrase "please listen to me"(écoutez-moi)est également un raccourci pour donner "please me"(fais moi plaisir) et il est clair que ce "plaisir" pourrait bien prendre toute la nuit.Morrison avait deja exprimé ses idées avec plus d'éloquence et il allait le faire de nouveau plus tard.Mais 'Do it' avec son melange de désir et de libération était typiquement Morrisonien.

samedi 16 février 2013

Shaman's blues,album The soft parade

En été 1969,il ne pouvait pas y avoir de meilleur blues pour Jim Morrison qu'un 'Shaman's blues'.
Aprés toutes les heures de magie musicale qu'il avait produites,Jim Morrison en avait assez d'être le Roi Lézard.Il avait voulu conquérir le monde et maintenat,pour le meilleur ou pour le pire,le monde lui appartenait....Malheureusement,le monde n'était pas si sur de vouloir Jim Morrison...et ceux qui continuaient a l'aimer voulaient un Jim Morrison qui n'existait plus.
Les fans qui ont dénigré The soft parade n'ont sans doute pas bien écouté les chansons comme 'Shaman's blues'.Musicalement les Doors y sont en pleine forme,surtout Robby,en plein dans une valse jazz-blues fluide.Et a la fin du morceau on trouve un moment vraiment tres exaltant : une avalanche de phrases a la Morrison("optical promise...isn't it amazing?)provenant d'enregistrements de Jim sur diverses plages vocales(des Jims multiples qui deviennent un seul Jim...un acte de chamanisme sur la bande du studio).
Les paroles de cette chanson sont non seulement personnelles et obsédantes mais remarquablement représentatives.La chanson fonctionne a deux niveaux:une lamentation du chaman parce que le village ne croit plus en lui ou une supplique du village qui espére tristement voir son fou chéri produire a nouveau de la magie.
Durant l'interview avec le journaliste Richard Goldstein pour l'emission télévisée speciale WNE,Morrison expliqua:"je ne crois pas que le chaman ,d'apres ce que jai lu,veuille tellement définir son rôle dans la société.Il s'intéresse plus a l'exploration de ses propres fantasmes.S'il devenait trop conscient de sa fonction,je crois que ca pourrait gâcher son voyage intérieur."
En effet le voyage devenait difficile.Jim pensait que la relation entre artiste et public était spirituelle et que la représentation pouvait constituer un rituel sacré.Mais de plus en plus quand on pense a Miami ou aux concerts bâclés et violents au Singer Bowl à New York,au Public Hall a Cleveland et au Phoenix Coliseum,le sacré dégénérait en profane.Occupé a combattre ses propres démons personnels ,Jim ne pouvait pas créer la magie du chaman soir aprés soir pour d'interminables "fêtes des amis".
"Pendant toute ma carriére avec eux,ils n'ont jamais été surchargés et n'ont jamais poursuivi le Rêve Américain déclare Bill Siddons"parce que Jim n'était pas assez stable pour faire de longues tournées.S'il travaillait le week-end ,le troisiéme jour on n'était jamais sûr s'il allait finir la journée.A ce niveau il n'etait pas normal.Il n'etait pas complétement dingue mais il ne pouvait pas prendre en charge la pression du travail d'une vedette du rock parce que ca ne l'interessait pas vraiment.Il est devenu une rock star presque par defi,par jeu au debut.Quand il y est arriver il a dit 'Bon,c'est fini'.Alors que le public,lui,disait 'Pas pour nous'."


jeudi 7 février 2013

Touch me,album The soft parade

Avec son formidable sens de l'humour et son ironie d'une grande finesse,Jim Morrison appréciait peut-être d'avoir une chanson intitulée 'Touch me' dans les hit parades nationaux au moment ou un tribunal de Miami lui faisait un procés pour attentat à la pudeur.Mais son amusement était en partie tempéré par le fait que cette chanson,le premier single avant la sortie de The soft parade,n'était pas de lui mais de Robby Krieger.
Morrison n'était pas enthousiaste mais il pensait que son titre était meilleur que celui que Krieger lui avait donné à l'origine,'Hit me'(tape-moi)."C'etait le titre",Krieger a expliqué par la suite"mais Jim a dit 'pas question que je chante ces paroles'.Alors on l'a changé".
Robby avait écrit cette chanson comme une raillerie affectueuse aprés une prise de bec avec sa femme,Lynn Krieger.Tous les gens qui ont acheté le single savaient que c'était la chanson de Robby parce que la nouveauté la plus révélatrice des chansons de The soft parade était l'introduction d'attributions individuelles.Les chansons des trois albums précédents du groupe étaient attribuées collectivement aux 'Doors' mais ici,toutes les attributions de la composition des chansons étaient spécifiques.
Pour les fans c'était une révélation : Jim Morrison,que tout le monde considérait comme la source d'inspiration du groupe avait écrit seulement la moitié des chansons de The soft parade.
L'humble et timide guitariste Robby Krieger avait écrit le reste(aprés The soft parade,son nom est apparu sous la forme de "Robbie" au lieu de "Robby".Il allait revenir a "Robby" aprés L.A woman).Krieger et Morrison partageaient le crédit d'un titre sur The soft parade qui,curieusement,était 'Do it' la chanson qui semblait la moins inspirée de tout l'album.
Dans les albums précédents,les mélodies gracieuses et les paroles généreuses de Krieger distinguaient ses chansons de celles de Jim Morrison.Ces différences étaient encore plus claires dans The soft parade.Premiérement,c'étaient les airs de Krieger qui avaient les accompagnements de cordes et de trompettes.Ensuite,Morrison semblait maintenant extrêmement mal a l'aise quand il chantait les paroles de Robby.Il avait rendu 'Light my fire' en partie sienne par son style de déclamation et il avait même accepter 'Wintertime love'.
Mais les sentiments de 'Touch me' n'avaient aucun rapport avec ce qui se passait dans l'âme turbulente de Morrison.Certains fans ont donné a Morrison le bénéfice du doute en considérant que son interprétation était une parodie.(Cette idée était renforcée par le fait qu'au dessus des derniéres notes dramatiques de la chanson on entend une voix basso profundo chanter "stronger than dirt"(plus fort que la saleté)qui se moquait d'une publicité du moment  pour le détergent  Ajax.)Ironie des ironies :cette chanson est devenue le troisiéme grand hit de la carriére des Doors.Enfin,on ne peut pas nier que Elektra Records,qui considéraient les Doors,leur plus grand groupe,comme vital pour le label,avaient mis tous leurs espoirs dans les chansons de Krieger et non pas dans celles de Morrison pour produire des hits.
Entre décembre 1968 et août 1969,le label publia quatre singles des Doors: 'Touch me','Wishful sinful','Tell all the people' et 'Runin' blue'.Cela voulait dire que Jim Morrison écrivait les faces b des disques de Robby Krieger.
"Jim était sûr  que Ray pouvait trouver les arrangements qui convenaient a ses chansons "explique Patricia Kennealy Morrison"Mais Jim n'avait pas la même confiance dans le groupe en ce qui concerne les chansons de Robby.Souvent,il n'aimait vraiment pas les chansons de Robby,je crois en partie parce que ce n'étaient pas les siennes .Il y avait surement une certaine vanité artistique là dedans".
Pour les fans des Doors le moment le plus étrange des "Strange days"fut leur passage en décembre 1968 dans l'émission télévisée extrémement regardée de CBS,The Smothers Brothers Comedy Hour.A cette époque-la,avant l'arrivée de MTV,quand un groupe de rock'n'roll trés connu passait dans une émission de télévision américaine c'était un événement et des millions de personnes étaient assises devant la télé en attendant de voir Morrison et compagnie.
A premiere vue les choses étaient normales,le groupe joua 'Wild child' dans un solide style blues.Mais les fans ne s'attendaient pas a ce qui se passa: les Doors,ces branchés underground avaient un orchestre et 'Touch me' donnait un résultat vraiment bizarre?.Les hurlements du groupe étaient maintenant interprétés par un ensemble insolite:Manzareck,Krieger et Densmore étaient accompagnés sur scéne, par les cordes et les trompettes costumés et syndiqués de l'orchestre du studio des Smothers Brothers.
Et,perchè sur une marche au fond du studio,l'air aussi déplacé que Morrison,il y avait le saxophoniste Curtis Amy en pattes d'éléphant jaunes,lunettes jaunes et chemise de daim,qui beuglait son solo rallongé.Pour cette nouvelle formation,Morrison n'était pas en forme,et rata un 'C'mon,c'mon,c'mon,c'mon now...'qui laissait un trou dans le second couplet.
Le compositeur Krieger n'avait pas l'air trés heureux non plus.Il passait a la télévision nationale pour jouer sa nouvelle chanson à succés(qui s'était appelée 'Hit me'-Frappe-moi-à un certain moment)avec un énorme oeil au beurre noir qu'il s'était pris dans une rixe.Un soir dans un bar,autour d'une table de billard,Morrison avait débité un chapelet d'injures a une bande de pequenauts.Pour couvrir sa fuite et lui éviter une raclée,Babe Hill(ami et un peu "surveillant"de Jim lors de ses virées nocturnes) avait barré la porte.Les ivrognes s'étaient donc venger sur Robby.

samedi 2 février 2013

Tell all the people,album The soft parade

La derniere chose que Jim Morrison avait envie de déclamer au monde en mai 1969,c'etait "follow me"(suivez-moi)surtout sur fond de trompettes célestes.Il finissait son premier film,HWY,qu'il avait écrit,mis en scéne et produit lui-même et dans lequel il jouait.En avril deux collections de ses poémes publiées à compte d'auteur,The Lords: Notes On Vision et The New Creatures avaient été rassemblées et publiées officiellement par Simon&Schuster.
Le Roi Lézard pouvait tout faire,semblait-il,mais ce qu'il voulait plus que tout,c'était arrêter d'être le Roi lézard.L'idée de continuer a jouer le rôle de rock star démagogue lui répugnait.Mais il était tout de même le chanteur des Doors et le groupe devait continuer a faire de la musique.Les carnets de Morrison,remplis a Venice,étaient presque épuisés et sa poésie ou ses projets cinématographiques absorbaient la plus grande partie de ses énergies créatrices.
C'est donc Robby Krieger qui fournit une grande partie des chansons pour The soft parade,afin que le groupe continue d'avoir des mélodies originales.'Tell all the people' était une de ses créations.Il pensait que c'était un excellent texte pour Jim et il était trés impatient de le montrer au groupe au début des répétitions de Soft Parade.Morrison trouva la chanson horrible et refusa presque de la chanter ,n'acceptant finalement qu'a condition que ce morceau soit attribué a Krieger et pas aux "Doors".La chanson est sortie comme troisieme single avant la sortie de l'album et c'était la troisieme a comporter les arrangements pour cordes et instruments a vent de l'orchestrateur Paul Harris.
"Soft Parade était un moment d'aventure pour eux"se souvient Bill Siddons."Paul Rothchild a proposé des cordes et ils ont répondu 'Tu es fou on est un groupe de rock'.Mais il était intelligent et persuasif et ils cherchaient un moyen de rendre leur musique plus intéressante.Paul leur a fait passer l'idée et puis ils ont accepté d'avoir un 'orchestre des Doors'.Ils ont même fait des concerts avec tout l'orchestre sur scéne avec eux."
Plus tard,en mai quand ils ont tourné une émission spéciale pour la télévision a New York,les Doors ont joué une version minimaliste de la chanson qui était convaincante.
Même si 'Tell all the people' est une chanson vibrante et triomphale son sous-texte est moins agréable.Morrisson trouvait difficile d'être considéré comme une icône du rock,mais l'attention qui était portée a Morrison était tout aussi agaçante pour Manzareck,Krieger et Densmore.
Ils avaient fondé le groupe en amis,"tous pour un et un pour tous",c'est pourquoi les chansons avant The Soft Parade étaient simplement attribuées aux "Doors".Mais maintenant le groupe était publiquement perçu comme ayant deux identités:d'abord Morrison puis les autres.Ray faisait son possible pour rester ami avec Jim et pour servir de guide mais ,en général les relations au sein du groupe étaient devenus difficiles.(Krieger voulait sans doute faire passer plus qu'une pointe d'ironie en écrivant les paroles "follow me down"(suivez-moi dans ma chute) qui devaient être chantées par Jim).
Mais en vertu de son magnétisme naturel et de sa grande présence,Morrison était un leader naturel.Henry Diltz,membre du Modern Folk Quartet et qui se faisait une réputation comme l'un des meilleurs photographes de rock,se souvient du dynamisme du groupe pendant un tournage publicitaire au moment de l'enregistrement de The soft parade.
"On a passé quelques heures a marcher sur Venice Beach avec une bouteille de vin.Une jolie petite aventure.Jim était silencieux.Il était tout à fait le type poéte-observateur.Trés introspectif et presque timide.Il aimait observer les gens et il avait toujours le sourire.Il savait trés bien écouter.Mais il était évident qu'il était le leader du groupe.Il ne disait rien mais c'était autour de lui que les autres se rassemblaient.Il marchait dans une direction et tout le monde le suivait,sans réfléchir."