Nombre total de pages vues

mardi 28 mai 2013

Indian summer,album Morrison hotel

Tout comme 'Blue sunday','Indian summer' est une chanson inconséquente qui montre néanmoins que les Doors étaient capables de produire de la musique superbement légére.
Jim dit obstensiblement a Pam Courson ce que toute amoureuse veut entendre:"I love you the best"(c'est toi que j'aime le plus).Mais ce mot doux est quelque peu tempéré par un comparatif "better than all the rest"(plus que toutes les autres).Le titre ajoute une atmosphére mélancolique a la chanson.L'image d'un 'été indien',lorsque la chaleur de l'été réapparait en automne sans qu'on s'y attende est étonnante dans le contexte d'une chanson d'amour.Le titre devient jeu de mots quand le groupe accompagne Jim avec des sons doucement répétitifs qui rappellent une raga indienne.John Densmore donne a ses tamtams le son d'un tablâ et Robby pince sa guitare pour qu'elle ressemble a un sitar.
Il est intéressant de noter que 'Indian summer' est l'une des premiéres chansons sur lesquelles le groupe avait travaillé durant les premiéres répétitions et qu'elle devait sortir sur le premier album.Quand la date de sortie de Morrison Hotel approchait et qu'il manquait une chanson au groupe 'Indian summer' ressortit du tiroir.

vendredi 24 mai 2013

Queen of the highway,album Morrison hotel

Une autre chanson Morrison/Krieger,qui examine cette fois la relation de Jim avec Pamela Courson sous un angle romantique,avec comme toile de fond les progressions d'accords fluides de Robby et ses riffs rythmés.
Les mesures qui ouvrent la chanson ressemblent un peu à 'Bad boy' de Larry Williams et au milieu de la chanson il y a un break saloon-rock qui permet au groupe de se défouler pendant quelques mesures.Dans son livre Riders On the Storm John Densmore explique qu'il n'aimait pas la musique que le groupe avait créée pour cette chanson : " il y avait de belles paroles autobiographiques de Jim mais la chanson n'a pas trouvé un bon groove.C'est la premiére fois que j'ai trouvé qu'on avait laissé tomber Jim et ses paroles."
Jim avait une relation avec Pam Courson depuis qu'ils s'étaient rencontrés a l'un des premiers concerts du groupe au London Fog.Elle venait de Weed,en Californie,et avait grandi au sud de Los Angeles,dans le climat conservateur de Orange County.(Jim a écrit une chanson intitulée 'Orange County suite' en son honneur ,mais elle n'a jamais été enregistrée).
Quand Pam a rencontré Jim,elle avait 19 ans et elle étudiait l'art au Los Angeles City College.Elle était intéressée par la grande ville et en particulier par le Sunset Strip.Pam avait une beauté délicate,tout a fait du style "petite fille perdue" mais elle avait une volonté de fer si nécessaire.Le captivant chanteur qu'elle avait vu se démener sur la minuscule scéne du London Fog lui avait tout de suite plu et Jim fut vite sensible aux charmes de cette jeune fille frêle aux traits réguliers et au sourire chaud.
Ils entamérent trés vite une relation amoureuse,qui,bien que difficile par moments,était caractérisée par une loyauté profonde et indestructible.Quand Jim partit pour Paris aprés les séances de L.A Woman c'était pour être avec Pam.La dynamique entre eux est facile a imaginer dans 'Queen of the highway' même si elle est présentée avec humour.Pam est une "princess"(princesse) et Jim est un "monster,black dressed in leather"(monstre,habillé de cuir noir).
Mais par dessus tout,ce monstre habillé de cuir et sa princesse d'Orange County sont simplement un américain et une américaine qui sont,déclare Jim,les gens les plus beaux du monde.Les difficultés de la relation et l'incertitude générale de Jim quant a l'avenir sont clairs dans la derniére phrase de la chanson où Jim espéres simplement que les choses pourront continuer un peu plus longtemps.
Il y a un vers dans le couplet du milieu qui décrit les deux personnages comme étant mariés mais Jim et Pam ne se sont jamais officiellement mariés.Dans les documents classés immédiatement aprés la mort de Jim Pamela apparaissait comme une "amie".Jim chante aussi que le couple va "soon have offspring"(bientôt naitra la descendance) alors que Jim et Pam sont restés sans descendance.Par contre Pam était la légataire d'un testament qu'il avait rédigé en février 1969.

samedi 18 mai 2013

The spy,album Morrison hotel

Même quand Jim Morrison rugissait du blues simple et fougueux au premier abord,ses paroles avaient souvent une dimension littéraire surprenante.'The spy' et sa ligne principale,"I'm a spy in the house of love"(je suis un espion dans la maison de l'amour)viennent d'un roman de 1954 écrit par la romanciére Anais Nin,Espionne dans la maison de l'amour.
Fille d'un pianiste espagnol et d'une chanteuse danoise,Nin est née dans la banlieue parisienne en 1903.Elle a passé son adolescense aux Etats-Unis et c'est la,durant ses visites a la bibliothéque publique de New- York,qu'elle a contracté une passion pour le langage qu'elle conserva toute sa vie.Nin,encore jeune femme est revenue en France.Sa curiosité intellectuelle allait de pair avec un désir d'explorer sa sexualité jusqu'au bout ,et bien qu'elle se soit mariée jeune,elle eut de nombreuses liaisons sérieuses.
En 1931,elle rencontra l'écrivain américain Henry Miller et sa femme June quand ils vinrent vivre a Paris.Nin tomba amoureuse de June Miller et leur relation se termina tristement.Mais c'est avec Henry Miller que Nin établit la relation peut-être la plus importante de sa vie.Ils devinrent amants mais,surtout s'encouragérent mutuellement dans leur création littéraire.A cause de son dévouement a la libérte d'expression dans la vie comme dans l'art,Anais Nin a soutenu financiérement la publication du premier roman de Miller,Le tropique du cancer et il l'encouragea a son tour a écrire.
Lorsque Tropique du cancer a enfin été publié aux Etats-unis au début des années soixante,Nin écrivit une préface pénétrante:"Ce livre ,si c'était chose possible,est capable de restaurer notre appétit des réalités fondamentales.La note prédominante semblera être l'amertume et c'est vrai que l'amertume est bien là toute entiére.Mais il y a aussi une extravagance sauvage,une gaiété folle,une verve,un enthousiasme,quelque fois presque un délire.Une oscillation constante entre les extrémes,avec de grandes longueurs nues qui ont le goût du cuivre et qui nous laissent le parfum puissant du vide.Ce livre va au delà de l'optimisme ou du pessimisme.L'auteur nous donne le dernier frisson.La douleur n'a plus de secret."
Les lettres,journaux,essais et romans d'Anais Nin sont caractérisés par une prose sensible et un surréalisme léger et espiégle.Ses oeuvres complétes nous permettent de découvrir l'âme d'une artiste qui tente de trouver le contentement et il n'est pas difficile d'imaginer que Morrison ait beaucoup apprécié son oeuvre.(En fait quand les Doors etaient en train de monter leur groupe,Nin était deja connue dans les cercles littéraires de Los Angeles car elle s'y était installée au début des années 40.Elle est morte a L.A en 1977).
Les Doors étaient tellement satisfaits du résultat de 'The spy' que cette chanson est devenu une des parties cruciales de leurs concerts:un piano spécial était amené sur scéne pour que Ray puissse reproduire son blues au clavier.
Sur la base d'une progression blues simple mais bien pensée,la chanson transforme Jim en voyeur (du style 'My eyes have seen you').Il est aussi un peu l'amant furtif comme dans la chanson de Willie Dixon 'Back Doorman'.Mais alors que cette chanson-là etait chantée comme un hurlement triomphant de désir pur,Jim est devenu un amant plus prudent dans 'The spy'.Il se trouve dans la maison de l'amour et il sait quels sont les mots que veut entendre l'objet de ses attentions mais,chose plus importante (est ce une menace ou simplement un fait?)il connait la 'deepest secret fear'(plus profonde peur secréte)de sa partenaire potentielle.
Dans une interview de 1969,Jim déclarait a Lizze James que "les gens ont peur d'eux-mêmes.De leur propre réalité,de leurs sentiments surtout.Les gens disent que l'amour c'est formidable mais c'est de la merde.L'amour fait mal.Les sentiments sont troublants.Les gens apprennent que la douleur c'est mal et c'est dangereux.
Comment peuvent-t-ils parler de l'amour s'ils ont peur?".

samedi 4 mai 2013

Land ho!,album Morrison hotel

La mer était importante pour Jim Morrison et réapparait fréquemment dans ses chansons.Il était fils d'amiral et ses premiéres idées de paroles lui étaient venues alors qu'il vivait sur le toit d'un immeuble avec vue sur les vagues.
Les images d'océans et d'eau reviennent souvent dans son oeuvre('Crystal ship','Moonlight drive,Horse lattitudes).Pendant qu'ils assemblaient les chansons pour Morrison hotel,Jim et Robby ont créé une vraie chanson de marin traditionnelle: 'Land Ho!.
Cette chanson est l'une de celles qui donnent a l'album son accent américain.'Land Ho!' a un peu l'atmosphére des histoires folkloriques qu'on entendrait dans la taverne bruyante d'une ville portuaire.C'est aussi un contrepoint satisfaisant a l'angoisse de 'Waiting for the sun'.A la fin de cette chanson-là,Jim attend toujours plein d'incertitudes intérieures,alors qu'a la fin de 'Land Ho!',l'attente est finie.Des rivages accueillants promettent de 
l'alcool au bar et de l'amour a vendre.

jeudi 2 mai 2013

Ship of fools,album Morrison hotel

Quand Jim et Robby travaillaient ensemble sur une chanson,le contraste évident entre contenu lyrique et ambiance musicale ajoutait souvent une profondeur bizarre et mystérieuse a leur travail.
Pour 'Peace frog' ils sont arrivés a des images de riviéres de sang sur un rythme de danse irrésistible et ,dans 'Ship of fools' la mort de l'humanité est décrite sur une mélodie remarquablement optimiste et pleine d'entrain.Le 'Ship of fools'(nef des fous) est la Terre et les humains sont les fous.Notre curieuse auto-destruction est exprimée clairement dans le premier couplet,quand Jim se plaint du fait que le monde a suffisament évolué pour que des hommes marchent sur la lune mais que l'humanité a également reussi a créer un air irrespirable.Ce théme faisait écho a des questions qu'il avait posées pour la premiére fois dans 'When the music's over'.'Ship of fools' était une chanson jazz-rock un peu moins rock que les autres mais ses sentiments écolo tombaient a point.Morrison hotel était sur les rayons des magasins de disques le 22 avril 1970,date de la premiére journée de la terre.